Effet
Thème



DGEM
Course
Présentons-nous

La Direction des écoles méthodistes assure la mission éducative et sociale que lui a confiée l’Eglise Méthodiste Unie Côte d’Ivoire dans le cadre des prérogatives suivantes :

  • Définir et mettre en œuvre la politique éducative conformément à la vision de l’Eglise Méthodiste unie Côte d’ivoire.
  • Concevoir tous les projets de développement des écoles méthodistes.
  • Assurer le recrutement, la formation et la gestion des personnels de toutes les catégories professionnelles
  • Représenter l’Eglise partout où sont traités les problèmes d’éducation.


DGEM
Course
Notre Histoire

    Les fondements des écoles méthodistes ont été posés dans les années 1920. Pour les besoins d’évangélisation, des catéchistes, eux -mêmes formés par des missionnaires, donnaient à cette époque aux enfants, et ce sous des hangars, un enseignement dispensé en langue locale avec quelques rudiments de français. C’est bien plus tard, à partir de 1926 que les véritables premières écoles à cycle normal allant du cours préparatoire (C.P) au cours moyen (C.M.) virent le jour à ABIDJANPLATEAU,GRAND-LAHOU,GRAND-BASSAM et DABOU (régions géographiquement situées dans la zone lagunaire de la Côte d’Ivoire) Du cycle primaire, il a débouché sur l’enseignement secondaire à partir de 1955 avec la création du premier lycée, le Cours Secondaire Méthodiste (ex CSP ) de Dabou. Ces établissements primaires étaient d’abord dirigés par des missionnaires qui, au fur et à mesure, cédèrent cette responsabilité aux africains (camerounais, béninois,..), puis aux dirigeants ivoiriens. Tous les enfants en âge de scolarisation sont de tout temps accueillis dans les établissements scolaires méthodistes sans distinction ni de religion ni de sexe dans la perspective d’une éducation globale. Devant le nombre grandissant de ses écoles, et dans un souci de gestion administrative, financière, pédagogique et sociale efficient, l’Eglise décida en 1970 de centraliser toutes les écoles méthodistes. Elle institua alors la Direction Centrale des Ecoles Méthodistes (DCEM) qui devint en 1993 la Direction Générale des Ecoles Méthodistes (DGEM).


DGEM
Course
Notre Mission

  • Définir et mettre en œuvre la politique éducative conformément à la vision de l’Eglise Méthodiste unie Côte d’ivoire.
  • Concevoir tous les projets de développement des écoles méthodistes.
  • Assurer le recrutement, la formation et la gestion des personnels de toutes les catégories professionnelles
  • Représenter l’Eglise partout où sont traités les problèmes d’éducation.


DGEM
Course
Etats des lieux

    Aujourd’hui ce sont 74 établissements qui sont gérés par la DGEM dont :
    • 18 maternelles
    • 48 primaires
    • 8 lycées dont 1 à internat fille et 1 à internat mixte

    Les écoles méthodistes sont implantées à Abidjan et dans certaines zones rurales et urbaines de l’intérieur. Le district d’Abidjan abrite 8 écoles maternelles, 11 écoles primaires et 7 Cours Secondaires. Dans la commune de Dabou, seconde cité scolaire méthodiste, se loge un complexe scolaire composé de : 1 CSM, 3 écoles primaires et 1 école maternelle. Les autres écoles primaires et maternelles se répartissent entre :

    • Les villes de : Abengourou - Adzopé – Afféry – Agboville – Agnibilégkrou – Arrah - Azaguié – Adiaké - Bongouanou – Bonoua – Divo – Gagnoa - Grand Bassam – Grand-Lahou – Hiré - Lakota – Ndouci – San Pédro - Yamoussoukro
    • Les villages de : Aboudé Mandéké – Danguira – Monga - Monogaga – Yakassémé

    De 18352 élèves à la rentrée 2014-2015 , la DGEM est à 18194 à cette rentrée 2015-2016 soit un écart négatif de 158 élèves due essentiellement :

    • Aux élections présidentielles avec des rumeurs d’insécurité (certains parents ont inscrit les enfants
    • dans les établissements à proximité des domiciles)
    • A la non affectation d’effectifs exprimés en 6èmeet 2nde (et même le refus de réaffections par le ministère de tutelle) dans nos écoles pour des raisons inconnues


    carte


DGEM
Course
Nos Perspectives

    Un ensemble de stratégies a été établi, soit pour améliorer la qualité des prestations ou pour pallier les insuffisances relevées. Celles-ci sont sériées en fonction des différents champs de compétences ou des responsabilités. Ainsi :

    AU TITRE DE LA DIRECTION GENERALE

  • L’élaboration d’un projet éducatif et pédagogique qui tiendra compte de:
    • Projet moral et spirituel des EM
    • Profil de sortie de l’élève tel que souhaité
    • Profil de l’enseignant
    • Socles de compétences par discipline
    • Choix d’une pédagogie active pour les EM (la Pédagogie de Libération)
    • Conception et production de manuels scolaires propres aux E.M
    • La création d’un centre de formation aux métiers de l’enseignement (avec des Ecoles d’application)
    • La création d’un Centre d’enseignement technique (formation et production agropastorale
    • La reprise de l’option Ecole « sport étude »
    • La création d’Ecole bilingue (Français-Anglais)
    • L’intégration au système Ecole BAC international(IB)
    • La mise en place d’une plateforme de cars de ramassage et cantines dans les écoles.
    • La politique de recrutement des enseignants permanents et didacticiens des EM (70%)
    • La politique de dotation dessecteurs pédagogiques et écoles (CSM) en véhicules
    • La politique d’extension du Réseau des EM
    • Rendre disponible dans les écoles le manuel d’E.R.M (Education Religieuse et Morale) déjà édité.
    • Fixer les indemnités des Aumôniers en tenant compte de l’ancienneté.
    • Doter l’Aumônerie générale d’un véhicule.
    • Doter l’Aumônerie du Primaire et Préscolaire d’un véhicule pour les tournées dans les Ecoles.
    • Payer régulièrement les salaires mensuels
    • Doter la DGEM d’une charte d’éthique
    • Renforcer l’esprit d’équipe
    • Souscrire le personnel à une assurance-maladie
    • Doter le département des RH d’un véhicule.
    • Evoluer progressivement au secondaire vers le renversement de la proportion vacataires/permanents
    • Mettre en place une politique sociale attrayante pour le personnel
    • Prévoir à l’avance le paiement des droits de départ à la retraite
    • Remobiliser le personnel autour des objectifs de l’institution.
    • Programmer la réhabilitation des infrastructures
    • Renouveler les équipements
    • Développer et sécuriser le patrimoine
    • Promouvoir la culture de l’Excellence
    • Développer la culture d’entreprise

    • AU TITRE DE L’ETHIQUE – MORALE – SPIRITUALITE

    • Associer les Surintendants à l’accompagnement spirituel des écoles de leur district.
    • redéfinir la place et le rôle de l’aumônerie
    • Renforcer l’encadrement spirituel au niveau des personnels et des élèves (Projection de film, sortie de détente, retraite - spirituelle, enseignement et exposé sur des thèmes éducatifs, etc.).
    • Former des responsables spirituels en vue de relayer les Aumôniers dans les Ecoles préscolaires et primaires.
    • Mettre en place des cellules de prière.
    • Célébrer des mariages collectifs tous les deux ans.
    • Instaurer le catéchisme pour aboutir à l’administration des sacrements aux enf ants méthodistes.
    • Veiller au respect de l’éthique chrétienne dans nos écoles

    • AU TITRE DES RESSOURCES HUMAINES ET PROCEDURES

    • Actualiser et diffuser à tous les niveaux de l’institution les procédures administratives et financières
    • Développer et formaliser un plan de carrière pour chaque catégorie professionnelle
    • Effectuer le déblocage progressif des salaires
    • Mettre en place un véritable plan de formation continue du personnel au début de chaque année
    • Déposer les appels de cotisations sociales dans les délais
    • Reverser les cotisations à la CNPS et poursuivre l’apurement des arriérés

    • AU TITRE DE LA PEDAGOGIE ET VIE SCOLAIRE

    • Veiller à l’élaboration des projets d’établissement par chaque école
    • troupes théâtrales dans nos écoles).
    • Mettre en application la nouvelle politique éducative et pédagogique conçue par la direction générale
    • Améliorer l’accueil dans les écoles et les services

    • AU TITRE DES FINANCES ET INFRASTRUCTURES

    • Doter les bibliothèques d’ouvrages chrétiens dans les écoles et au siège.
    • Développer des activités annexes (cars, cantines, logements, foyers…)
    • Recouvrer à 100 % les recettes
    • Arriver à un budget sans appui financier extérieur
    • Créer des investissements rentables

    • AU TITRE DE LA COMMUNICATION ET MARKETING

    • Renforcer la communication interne (celle qui est dirigée vers les agents du système)
    • Publier suffisamment les activités et résultats scolaires (bulletins d’information dgem.infos, la voix de l’espérance, affiches publicitaires et autres insertions dans la presse écrite, spots télé, journées portes ouvertes)
    • Renseigner régulièrement le Site WEB de l’Institution
    • Signer des protocoles d’accord avec les partenaires commerciaux (sponsoring)
    • Participer à toutes les tribunes (conférences, synodes, réseaux sociaux, salons, expositions).
    • Faire une étude de satisfaction auprès des prospects
    • Créer des cellules de communication (cocom) dans chaque établissement